LE MANAGEMENT : Point de vue de l'Analyse Transactionnelle

Nous venons de traiter dans notre vidéo des jeux de pouvoir et des 4 types de jeux de pouvoir (voir notre vidéo : Les R.H se mettent à table : le Management n°1 - Les jeux de pouvoir) 

 

Nous allons à présent évoquer les styles de Leadership, se penchant toujours sur le point de vue de l'Analyse Transactionnelle, pour rester dans la thématique généraliste du management et des jeux de pouvoir.

 

Selon l'analyse transactionnelle, il existerait 4 styles de leadership (mais on retrouve ce modèle dans d'autres modèles théoriques), que l'on peut désigner ainsi :

 

  1. Le Leadership COERCITIF : Il se fonde sur la crainte d'actions punitives de la part de celui/celle qui exerce le pouvoir;

  2. Le Leadership CONTRÔLÉ : Capable d'actions coercitives, il/elle a également la capacité d'apporter des compensations directes ou indirectes, pécuniaires ou sociales;

  3. Le Leadership DIRECTIF : Il/Elle occupe un statut hiérarchique, légitimé aux yeux des salariés, par son expérience, sa formation, sa connaissance du métier, sa pratique et ses compétences. Il/Elle est capable d'apporter un soutien aux équipes et de stimuler l'engagement des salariés, comme de ses clients ou supérieurs dans ses prises de décisions;

  4. Le Leadership PARTICIPATIF : inspiré du style Directif, il/elle possède en plus de véritables compétences interpersonnelles, lui permettant d'adapter sa communication vis-à-vis des collaborateurs, afin de répondre aux attentes qu'il/elle aura fixé. 

Quelle est l'efficacité réelle de ce style de leadership ?

En théorie, la productivité peut se mesurer sur la part de résultat excédant l'investissement globale du groupe et la somme des ressources engagées dans le processus. 

Pour évaluer son efficacité le manager pourra notamment utiliser 2 indicateurs : l'énergie employée & les résultats obtenus

  1. Le Leadership COERCITIF : emploiera peu d'énergie, mais donnera des résultats très faibles. Les salariés vivent dans la crainte de la répression, ne prennent aucune initiatives et obéissent aux règles fixées par la hiérarchie.

  2. Le Leadership CONTRÔLÉ : emploie beaucoup d'énergie au manager pour des résultats très faibles. En effet, la mise en place de mesures, procédures de rétrocontrôle, limite la prise d'initiative et instaure la méfiance de la part des collaborateurs.

  3. Le Leadership DIRECTIF : utilisant une grande quantité d'énergie au manager, il permet en outre de parvenir à des résultats élevés, car chacun des salariés se sent impliqué et sait s'appuyer sur les compétences et la connaissance du métier. Il peut en outre favoriser une certaine dépendance.

  4. Le Leadership PARTICIPATIF : employant peu d'énergie, ce style managérial obtient les meilleurs résultats (au regard du ratio énergie/résultat) car la relation basée sur la confiance, la responsabilisation du collaborateur et la motivation du groupe apporte des résultats probant et peu de dépense. Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, on parle bien du ration énergie/résultat. Cependant, les recherches en sciences sociales ont montré une efficacité durable de ce style de management, car il tend à éviter la compétitivité et à stimuler la coopération des personnes dans les organisations (managers, collaborateurs, clients).

A vous de nous dire ce que vous en pensez ! commentez, partagez, abonnez-vous...votre avis compte pour nous.

 

Source : "Pouvoir et leadership dans les organisations - Rosa R.KRAUSZ (2009) in POUVOIR ET AUTORITÉ - DE L'ORGANISATION A LA NATION, Editions A&T, Lyon".

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

RECRUTEMENT: Intégrer avec Intégrité

January 24, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents